Gloria Paraiso-Jossou sur les pratiques RSE au Sénégal

Le panel RSE au Sénégal/Afrique et ODD présenté par la directrice de RS Consulting lors de la cérémonie de lancement officiel des activités de l’Observatoire des valeurs sociétales et éthiques des organisations (Ovseo) et présidée par Mme Ramatoulaye Dieng Ndiaye a permis « d’apprécier les  pratiques de la RSE/RSO au Sénégal à la lumière de la norme l’ISO 26000 et  à  l’aune des ODD », a martelé Mme Paraiso-Jossou. Qui poursuit que ce « panel a non seulement permis de découvrir la norme « hors norme » qu’est l’ISO 26000 considérée comme la référence sur le plan international en matière de responsabilité sociétale, mais également a permis de situer la perception qu’ont les entrepreneurs sénégalais en particuliers, et africains en général de la RSE/RSO ».  « Les TPE et PME qui constituent  la majorité des entreprises (plus de 90%),  sont confrontées à des défis plus immédiats que la mise  en place de démarche RSE formelle ». A en croire Gloria Paraiso-Jossou l’expérience sénégalaise de la RSE/RSO est encore une initiative volontaire, sans contrainte légale, ni mesure fiscale incitative en sa faveur. « Les pratiques montrent que la responsabilité sociétale est le plus souvent, l’apanage des grandes entreprises et multinationales. Donc un « gadget » inadapté et non prioritaire pour les autres notamment les  TPE-PME qui pourtant constituent le principal moteur de croissance et de développement d’un pays ». En un mot, « les pratiques s’apparentent davantage à du mécénat, du sponsoring, sans lien avec le  cœur de métier des entreprises qui l’ont intégré dans le management ». En matière de transparence sur les processus de passations de marchés, les pots de vin, et les passe-droits sont plutôt monnaie courante, ce qui est aux antipodes des principes fondateurs de la RSE.

Aussi, note-t-elle que quelques progrès sont observés à la Sonatel qui investit dans l’incubation de TPE, et de Start up en partenariat avec le CTIC et le réseau Lameer (La maison de l’entreprise eco responsable). Le partenariat RSE Sénégal et Sonatel pour promouvoir le «consommer sénégalais» afin de contribuer à l’atteinte des objectifs du Plan Sénégal émergent (Pse), et plus particulièrement au développement de l’agriculture et au niveau du groupe Dangote qui participe à la restauration du village de Pout. L’expérience de la SIFCA dans la RSE montre bien selon ses dires que les entreprises peuvent parfaitement bien réussir leur développement durable dans l’intérêt de toutes les parties prenantes. « Pour participer au développement durablement des communautés rurales environnantes (parties prenantes), la démarche RSE de la SIFCA s’est fondée sur trois axes principaux d’intervention : l’éducation, la santé & le sport, et l’environnement ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *